Le journal étudiant des futurs dentistes!

AU PREMIÈRES LOGES DU TAPIS ROUGE

Le mois d’octobre est pour plusieurs synonyme de frissons. Eh bien, laissez-moi vous dire que la semaine dernière, on en a eu ! Comblés par les émotions et l’émerveillement du talent de nos collègues, nos corps ont tressailli au rythme de leur passion.

Chaque année, Dentraide organise ce magnifique spectacle, une soirée unique qui nous unit les uns aux autres ; étudiants et enseignants profitent de cet évènement afin d’amasser les fonds nécessaires à la réalisation de nombreux projets, mais également, disons-le, afin de déguster de savoureuses petites bouchées ! C’est alors sous le thème Tapis Rouge que la salle d’attente devint le temps d’une soirée le tableau flamboyant du talent de nos collègues.

Nous avons au courant de cette soirée notamment eu l’apparition de quelque unes de nos légendes de la FMD : Dr. Kandelman, pianiste hors pair, nous ayant interprété quelques improvisations sur une note de gaité, ainsi que le Dr. Ciaburro avec le « Ciaburro Band » qui, une fois de plus, nous a ébloui avec son entrainant Rock and Roll ! Plusieurs jeunes aspirants dentistes sont aussi montés sur la scène du B1 pour nous éblouir avec leur talents.

Ces splendides photos sont la gracieuseté de la charmante Linda Chau, étudiante de troisième année avec un talent inné pour la photographie!

Au plaisir de vous voir aux futures soirées de Dentraide,

L’Équipe de l’explorateur
... See MoreSee Less

View on Facebook

Hey toi ! Tu t'es ennuyé des mes articles de fashonista en dentisterie ? Alors pas de panique, car c'est aujourd'hui que tu seras servis !

Nous le savons bien, la tendance actuelle veut que ce qui est passé mode revienne aux goûts du moment. Alors dites au revoir aux nouveaux scrubs que vous venez tout juste de recevoir et dites bonjours à nos chandails vintages ! Revivez donc les bonnes vielles années comme on dit, et procurez vous l'un de nos intemporels chandails d'initégrations.

Remontez avec nous jusqu'en 2005, moment où nous pouvions encore dire initiations sans se faire fusiller pas les médias. Soyez comme nous et devenez des dental celebrities, à prix modique. Hoodies XXL et chandails S aux couleurs qui feront tourner littéralement toutes les têtes. En primeur, le retour de nos tuques, et des bleus en plus de ça !

Retrouve-nous au café dentaire ce jeudi midi pour profiter de nos offres alléchantes et d'avoir toi aussi la chance d'être aussi class que nous en te procurant un bon vieux chandail en souvenir des intégrations passées.
... See MoreSee Less

View on Facebook

La grande corvée

Le brave et humble docteur Voyer, parodontiste et enseignant de la FMD, s'est adonné avec minutie au passage de l’aspirateur. C’est en voyageant ainsi de place en place qu’il a su donner un exemple de passion, de respect et d’humilité quant à notre équipement. Voici donc le récit des aspirants dentistes de L’UdeM lors de la grande corvée de nettoyage du laboratoire de la Faculté de Médecine Dentaire.

C'est avec émotion que les étudiants de deuxième et troisième année de la faculté ont délogé les résidus de cire des comptoirs, souvenirs perdus de prothèses complètes. Néanmoins, cela n'est rien quant au désarroi auquel ils feront face lorsque quelques heures plus tard, le cauchemar de la poussière des plaques bases et de l'Ivolen les aura rattrapés.

Frottant avec allégresse, nos consciencieux étudiants étaient si concentrés à la tâche que ne se sont jamais douté que L'explorateur avait capturé ses savoureux instants sur le vif.

Hier, le jeudi 14 septembre était une journée historique dans l’histoire de la FMD. En effet, étudiants et professeurs ont brandi torchons et aspirateurs afin de redonner la jeunesse perdue de notre laboratoire. Étant un véritable champ de bataille quotidien, il est le témoin et la première victime de la souffrance de milliers d’étudiants de médecine dentaire. C’est lors du combat interminable de nos étudiants perfectionnistes avec leurs travaux précliniques impossibles que cire collante, poussières diverses et résidus d’acrylique fusionnés aux comptoirs deviennent les cicatrices que porte chaque recoin de notre deuxième maison.

Nous avons ramassé les témoignages d’étudiants sincères quant au laboratoire de simulation. C’est l’étudiant Gabriel Thibeault (3e année) qui a répondu le premier. « Je vois les murs de ce laboratoire plus que les murs de mon propre appartement, il a une grande place dans mon cœur et mon emploi du temps. »

« Le laboratoire hante mes nuits, j’entends les turbines dans mes rêves, j’entends leur moteur comme un murmure « Tu n’as pas fini de meuler tes plaques bases » me disent-elles dans une plainte sordide. C’est ce que nous a avoué Linda Chau (3e année) dans un long discours où elle nous a exprimé son « sentiment d’appartenance spirituelle et physique au laboratoire ».

C’est alors afin de protéger ce lieu sacré, fidèle au poste de 7h à 23h chaque jour (et surtout afin de profiter d’un diner pizza gratuit) que plus de 170 étudiants se sont donnés corps et âme aux besoins de la cause. Nettoyer, frotter, astiquer. Libérons le laboratoire de sa saleté !
... See MoreSee Less

View on Facebook

Y'a pas le feu !

Vous vous rappelez cet instant au secondaire où l'alarme d'incendie nous sauvait tous de cet interminable cours de mathématique ? Le bonheur ! Et bien aujourd'hui, j'ai réalisé que ce temps était bel et bien révolu puisque jamais je n'ai été aussi peu pressé de sortir. En fait, si les étudiants de médecine dentaire sont habituellement reconnus pour leur incroyable taux de stress, ils sont néanmoins les moins stressés face à ce genre de situation.

Pour dire vrai, j'ai constaté que c'était le cas de plusieurs en réalité. Après tout, ce n'est pas comme si c'était la première fois qu'une alarme sonnait dans le laboratoire. Et à ce que je sache, personne n'avait échappé d'Ivolen, donc personne n'allait mourir. Je dois avouer avoir commencé à me poser des questions lorsque la sécurité a débarqué dans le laboratoire avec des haut-parleurs en nous hurlant de sortir, et qu'une fois à l'extérieur, les camions de pompiers abondaient les uns après les autres. Mais au final, on avait raison, il n'y avait pas le feu !

Peut-être ne s'agissait-il pas de la plus brillante des idées que de feindre l'existence de cette cacophonie, mais s'il faut malgré tout nous accorder quelque chose, c'est notre incroyable sens du dévouement à la tâche : " je vais peut-être brûlé, mais je ne vais pas recommencer !" certains diront.
... See MoreSee Less

View on Facebook